Foires aux Livres d’Automne

J’ai fait remonter ce texte des profondeurs de mon blog (un auto-reblogue en somme 😊), publié il y a plus d’un an. Mais comme je continue à écumer les Foires aux livres de ma région en automne… D’ailleurs, je le publie également sur mon second blog Les Livres de Zéa.

A chaque fois, je suis étonnée de l’engouement qu’engendre ce rendez-vous incontournable des mordus de lecture. L’ambiance d’une Foire aux livres a quelque chose de joyeux, bon enfant, chaleureux et en même temps c’est un monde en soi. Rien à voir avec une librairie ou une bibliothèque.

Ambiance :

Bien avant l’heure d’ouverture, une petite foule s’agglutine déjà devant l’entrée. Des habitués, des curieux, tous âges confondus, seul, en famille ou entre amis. On plaisante, on chuchote, on se retrouve « Bonjour ! Vous allez bien depuis l’année dernière ? » « Vous venez faire des réserves pour l’hiver ? » « Ça me fait plaisir de vous revoir » « Alors, il était bien le Houellebecq ? » « Je suis en mission pour ma fille, toute la série des Chevaliers d’Emeraude et celle de Tim Riders. Enfin… si je trouve ».

Attention ! L’heure d’ouverture des portes se rapproche, mouvement de foule imperceptible, on se presse près de l’entrée afin d’être dans les premiers à pénétrer. C’est presque la frénésie d’un Black Friday ou l’ouverture des soldes chez Walmart. Non, je vous assure, j’exagère à peine 😉

A l’intérieur chacun s’organise, liste en mains ou pas. Il y a les Déambulateurs, rien à voir avec les auxiliaires de marche, mais je nomme comme cela celles et ceux qui se promène avec nonchalance entre les alignées de cartons, picorant de-ci de-là, s’arrêtant sur un livre, qu’ils reposent et repartent plus loin.

Il y a les Frénétiques, le geste rapide, ils emplissent prestement de toutes sortes d’ouvrages leur cabas papier, voir leur sac Ikea. Plus tard, ce sont les mêmes qui, dans un coin tranquille, ressortent et trient les livres avant de passer à la caisse. Souvent, une bonne partie de leur « pêche » est remise en circulation dans les cartons.

Les Stratèges, eux, viennent à plusieurs, souvent avec des objectifs bien clairs sur le type d’ouvrages à trouver. Ils visent l’efficacité, se placent aux angles de la pièce et de façon méthodique inspectent chaque carton et se rejoignent au centre de la pièce avant de partir écumer la suivante.

Je salue au passage tout le travail effectué en amont par les organisateurs, qui collectent, trient, transportent, posent les panneaux et affiches qui signalent « Romans, Histoire, Psychologie, Sociologie, etc… ».

J’adore fouiller dans les cartons, coude à coude avec d’autres chercheurs de trésors de papier. L’index c’est la tête chercheuse de tout bon chineur de bouquin. Il parcourt le dos des livres à la vitesse de l’éclair. À chaque fois je m’étonne des prouesses du cerveau humain, capable de décider en moins d’une seconde si le titre est digne d’intérêt ou pas. Que d’effervescence au sein de nos neurones, dopées pour aller le plus vite possible. Ne sait-on jamais si LE livre ne nous attends pas dans le carton suivant ? Vite ! Avant que quelqu’un d’autre ne mette la main dessus. C’est curieux tout de même ce sentiment d’urgence pour quelques grammes de papier et d’encre. La lecture est-elle une drogue douce ?

foire_aux_livres_dom_zea_a

En moins d’une heure, j’ai mis la main sur une quinzaine de livres. Pas tous pour moi d’ailleurs – famille, amis. D’habitude j’aime m’attarder près des vieux bouquins. Ceux qui ne sont plus réédités. Ceux aussi qui parlent d’un temps révolu. De vieux ouvrages scolaires ou des romans surannés. Je ne les achète pas forcément mais j’aime bien les parcourir, jeter un œil sur la couverture et la date d’édition. J’ai acquis un jour un Zadig de Voltaire édité dans les années trente (malheureusement prêté et jamais revu).

Ma réflexion ? Un vieux livre pourra toujours se lire, même dans cent ans. Les éditions numériques sont destinées à une pérennité différente, plus aseptisée. Et que voulez-vous, ces pages mille fois tournées, ces mots écris en un temps où je n’étais pas encore née, lus par des individus souvent morts depuis longtemps, eh bien c’est comme un voyage dans le temps.

Et vous ? Les Foires aux livres ça vous tente ?

Publicités

16 commentaires sur “Foires aux Livres d’Automne

Ajouter un commentaire

  1. Je suis dans une phase d’écriture et je ne lis pas grand chose afin de ne pas quitter cette bulle d’inspiration où je me trouve, ne pas être influencé. Je lis quelques documents sur l’époque que je traite 1900-1914 mais je fais gaffe à ne pas me lancer dans un roman car se serait au détriment de mon manuscrit.

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends. Je suis dans une phase inverse et n’ai guère le temps de m’installer dans ma bulle écriture (la bulle de Dom). Bcp de choses à côté, 2 jobs entre autres. Mais j’adore aussi lire, alors… Écrire me manque et je ponds de ci de là de petits bla-bla 🙂
      J’ai vu (lu) que tu es effectivement très productif niveau écriture. Tu as raison. Profite !
      Bonne soirée Bruno.

      Aimé par 1 personne

  2. Bon, à titre personnel, j’aurais plutôt tendance à écumer les foires… aux vins ! 🍷🍾
    D’autant plus avec la démocratisation des méthodes de vinification véganes, sans ajout de sous-produits d’origine animale (colle à base de peaux de lapins, gélatine…) 🐰

    Plus sérieusement, ça reste une opportunité de créer du lien social, et surtout, de participer à des ateliers, rencontrer des auteurs et se familiariser avec le secteur de l’édition.
    Par contre, mon problème c’est que pour les grands poètes, ils sont tous morts !

    Bien amicalement.

    Aimé par 1 personne

    1. 🙂 de mon côté je préfère l’ivresse des mots. A quand un salon « Boire entre les lignes » ? Pourquoi pas.
      Plus sérieusement, quand je parle de Foire aux livres, je ne parle pas de Salon du livres (auxquels je me rends aussi). Les Foires aux livres sont des pièces pleines de cartons et rayonnages de livres d’occasion. Collectés par des organismes privés. On y rencontre effectivement beaucoup de gens mais pas d’auteurs. C’est une sorte de bouquiniste géant.
      Pour les poètes, je suis d’accord.
      Bon week-end Yann !

      J'aime

      1. Ces sortes de brocantes qui permettent d’acquérir des vieux bouquins d’occasion, enfin disons des livres anciens, à des prix intéressants, en France on appelle ça des bourses aux livres… D’où ma confusion.

        Quand c’est au profit d’associations caritatives, le plaisir est double !

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :