Marron porte-bonheur… de la bogue à la poche

Comment ?

Vous n’avez pas encore votre marron ?

Mais, vite !

Courez au pied du marronnier !

Votre marron vous y attend assurément 😊

C’est le début de l’automne. J’adore cette saison que je trouve très apaisante, riche en couleurs et en saveurs.

L’une des premières choses que je fais c’est de me mettre à la recherche du marron qui m’accompagnera jusqu’à l’automne prochain.

Dans une précédente chronique à ce sujet [ici] je partage le conte que me narrait mon grand-père Séraphin lorsque j’étais enfant.

Mystère et légende. Une histoire largement enrichie de son propre imaginaire et des histoires que se racontaient les anciens autour du feu.

Je suis le marron tout rond

Au chaud dans votre poche

Comme un diamant déguisé

J’apporte chance et félicité.

Aesculus hippocastanum. C’est le nom du marronnier commun, appelé également marronnier d’Inde, originaire des Balkans et importé en Europe autour du XVIIème siècle (rien à voir avec l’Inde, en fait). Bon, je ne vous le cache pas, l’histoire de son histoire est bien plus dense. Vous trouverez facilement des infos sur internet.

L’Encyclopédie des plantes médicinales de Larousse, nous dit que les vertus médicinales du marronnier d’Inde ont été décrites en 1565 déjà, dans la traduction du De materia medica de Dioscoride (médecin, pharmacologue, botaniste grec, 20 après J-C – 90 après J-C) par Pierandrea Mattioli (botaniste et médecin italien, 1501-1557).

Et de fait, mon pharmacien-herboriste m’explique qu’en phytothérapie on utilise les graines et l’écorce, en décoction, infusion et diverses préparations, destinées à un effet décongestionnant, vasoconstricteur et anti-inflammatoire.

Côté astuces de grand-mère, il paraît que c’est un remède efficace contre les rhumatismes. Il suffit de mettre trois marrons dans sa poche. Apparemment, les substances ainsi libérées par frottement entre les marrons et le tissu, agiraient sur les douleurs. Je n’ai pas d’avis sur la question. Mais si vous avez des informations ou expériences n’hésitez pas à les partager en commentaires.

Marre de faire des cauchemars ?

Glissez un marron sous votre oreiller ! Bah ! Cela ne coûte rien d’essayer .

Finalement, le concept du marron porte-bonheur ne vient-il pas de là ?

Conserver la santé, atténuer les douleurs ? Et ainsi garder sourire et légèreté.

Un peu de magie dans notre quotidien ne peut faire de mal ! En plus, c’est tellement beau un marron frais sorti de sa bogue. Il brille. Il est doux. Prend place facilement au creux de la main.

Alors de la bogue à la poche, il n’y a qu’un geste !

Bonne cueillette et bel automne à vous !

Petit rappel : ne pas confondre le marron du marronnier et la châtaigne du châtaignier que l’on appelle communément marron chaud et que l’on déguste lorsque les températures se font hivernales.

27 commentaires sur “Marron porte-bonheur… de la bogue à la poche

Ajouter un commentaire

  1. Que voilà un beau panégyrique ! Pour ma part, tous les marrons que j’ai reçus, c’était plutôt un manque de chance…mais une bonne sieste sous le maronier, je ne dis pas non tant qu’il n’en tombe pas de bogue.. J’avoue que j’ai toujours trouvé dommage que ce fruit, plus beau que la châtaigne, ne soit apprécié que des cochons ! Je vais essayer dans la poche…peut-être me viendra t-il des idées roses…

    Aimé par 2 personnes

    1. Marron glacé, alors ? Ou marron à l’œil (et je ne parle pas de gratuité). Il est temps de connaître le marron tout rond dans ta poche 🙂
      Les chevaux aussi apprécient les marrons d’après ce que l’on m’a dit. Moi, je suis attachée à la simplicité nostalgique de la simplicité de ce geste venu du fond des âges.
      Mais tu n’as pas tort, y trouverait-on des roses ?
      Biz e amitié, cher Pat !

      Aimé par 1 personne

      1. Entre rose et marron mon cœur se pique… mais je te promets (en daron), du vrai, grandiose, de l’épique!… de t’ouvrir grand les yeux ronds. Il faut juste me secouer l’arbre…

        Aimé par 1 personne

  2. Ce que je retiens, c’est que pour ne pas être marron, il faut toujours en avoir un, voire trois sur soi. 😊
    Trêve de lol, j’ai pratiqué dans lors de mes tendres années, quand tout ce que disait ma mamie adorée était parole d’Évangile. Alors tu penses bien que j’en ai baladé, moi, des marrons. Partout ! Jusqu’en boite de nuit où j’allais tous les week-ends avec mes cops. J’en avais même un dans mon porte-monnaie. J’etais fauchée comme les blés, mais au moins comme ça le porte-monnaie paraissait moins plat. Maintenant quelle aurait été ma vie si je ne les avais pas eus ces marrons ? Je ne le saurai jamais. Et en plus, j’avais oublié la pratique.

    Bisous, et une toute belle soirée à toi, ma chère Dom. A bientôt !

    Aimé par 1 personne

    1. Belle intro ! J’apprécie 🙂
      Ce qui me surprend c’est que c’est un geste porte-bonheur encore très présent de nos jours et dans de nombreuses régions.
      Merci pour tes jolies anecdotes.
      Pour ma part, je vais faire provision de marrons cette année. Mes poches vont être gonflées à bloc 🙂 Des soucis de santé plus conséquents que prévus vont m’éloigner un temps de mes activités. Un séjour hospitalier en vue (mais pas le Covid !)
      Bref, à bientôt ! En forme et pleine de mots à partager.
      Je t’embrasse, SOlène ! Prends bien soin de toi et de tes projets !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :